Restauration carburateurs Pinzgauer

Après le nettoyage du réservoir d’essence, puis de la pompe à essence, j’attaque les carburateurs.

Le démontage est simple : retirer le câble du starter, démonter la durite d’essence, désaccoupler la tringlerie des gaz (j’adore ce système ca me rappel les commandes de vol des avions), débrancher le circuit électrique des électrovannes (elle servent à étouffer le moteur quand on retire le clef, sinon, le moteur continuerait à fonctionner), puis démontage des écrous.!!

Les deux carburateurs sont d’une saleté repoussante. J’ai du mal à croire qu’ils sont gris aluminium !

Juste après démontage, ils sont vraiment crasse !
Juste après démontage, ils sont vraiment crasse !

Je relève les références (Solex Zenith NDIX 36), et découvre que ce sont des très jolies modèles. Ce sont des doubles corps, avec une tubulure de 36mm par cylindre. Ce sont les mêmes carburateurs que sur les Porsche 356 ! Et c’est déjà la version luxe (36 mm au lieu de 32).

Je trouve que le site de Steyr Puch et de Precisions Matters

les éclatés des carburateurs. Ce sera une aide non négligeable pour restaurer ces bijoux :)

NDIX 36 blueprint

Le démontage offre quelques surprises. Sur la tige de rappel des gaz, j’ai une belle fissure, causé par des années de frottements. Encore un peu et la pièce aurait cassée. Plus de rappel des gaz sur une fin d’accélération : emballement assurée sur un des deux carburateurs. Décidément, Anaïs et Aglaé ont été vraiment chanceuse :D

Les joints sont pour la plupart encore bon, même s’ils présentent un état de fatigue avancé. Je me demande si je ne suis pas la premier à démonter les carbus depuis sa sortie d’usine… ?

L’éclaté des pièces montre bien la complexité de ces carburateurs, avant que l’injection ne soit inventée.

NDIX 36 démonté
Le deuxième carbu démonté, et déjà nettoyé…

La crasse est tellement incrustée (mélange de vapeur d’huile moteur et de poussière) que je passe les pièces dans une marmite d’eau et de Magic Blue (un produit vendu par Akéo, qui fait des miracles, mieux encore que la lessive, qui pourtant est formidable pour dégraisser).

Passage à la casserolle

Après le bain, je passe les grosses pièces extérieurs à un nettoyeur moyenne pression. Elles retrouvent leurs couleurs d’origines :D

Je nettoie soigneusement chaque gicleur (attention, pas de papier abrasif, ni de brosse en fer), avec un compresseur et une éponge grattoir de cuisine). C’est important car c’est souvent dedans que se dépose les impuretés.

Je profite de ce démontage intégral pour commander chez Steyr Puch des kits de joints. Ainsi, j’aurai des carburateurs vraiment reconditionné. L’achat est assez chère, mais est plus intéressant que de prendre chaque joint à part.

Jeu de joints (set of Gasket) pour carburateur NDIX 36 (Pinzgauer et Porsche)
Jeu de joints (set of Gasket) pour carburateur NDIX 36 (Pinzgauer et Porsche). Réf 7122085190.

Certains joints (notamment ceux du papillon des gaz) sont coûteux. Contrairement à ce que j’ai pu voir sur Internet, ce sont des joints sophistiqués, avec notamment un double système de lèvre. Je comprends mieux le prix maintenant !

Je remonte le tout, puis passe un petit coup de peinture « jacky » sur la tringlerie. A défaut de rouge, ca permettra de la voir et de la protéger.

Avant / Après
Pendant le nettoyage. Un carbu propre, l’autre dans l’état d’origine…
Travail fini !
Les deux carburateurs NDIX36 reconditionnés. C’est propre :)

Prochaine étape : remontage sur le moteur.

5 thoughts on “Restauration carburateurs Pinzgauer”

  1. Bonjour, je suis à la recherche d’info concernant le nettoyage de mes carbus sans les démonter, faut il que je mélange à mon essence un de ces produits miracle ou bien ?
    Concernant les bougies, est tu en standard blindé oui bien avec des produits de substitution ?

    merci de tes précieuses réponses
    nb: j’ai un 712 M

    LPr

    1. Les produits miracles ne peuvent pas grand chose à un carbu trop encrassé. Tout au plus, ils aideront à améliorer un peu la situation, mais sans que ce soit le jour ou la nuit ! Généralement, il y a une grande part de psychologie dans ses produits. Tu l’as acheté, et tu as l’impression qu’il y a une amélioration, alors que ca ne change pas grand chose à vrai dire !

      Bref, à mon avis, il n’y a pas de mystère. Un bon décrassage des carburateurs (et idéalement : un nettoyage de la pompe à essence (simplement le filtre), un bon réglage des culbuteurs, une vidange, un réglage de l’allumage) et tout repart aux petits oignons !

      Dans un carbu, la crasse agit de façon assez perverse :
      Y’a d’abord l’encrassage (et donc d’arriver à décoller la couche de crasse qui s’incruste et gène le passage du carburant). C’est particulièrement visible sur les papillons des gaz. Avec des papillons encrassés, tu auras un ralenti instable (pas le même débit d’air pour chaque carbu, et débit d’air plus important à cause des crasses qui empêchent le papillon d’être au plus proche de la paroi).
      Après, tu as les gicleurs (et sur un carbu de Pinz, tu en as au moins 8 de mémoire). Un gicleur encrassé = moins d’essence qui passe, donc perte de puissance et désynchronisation sur le moteur). Ca donne la sensation d’un moteur qui tourne « carré ».
      Enfin, tu as aussi les joints (nombreux sur un carbu), qui sèchent (surtout avec les moteurs à essence), ce qui occasionne de nombreuse fuites et donc une perte de performance et augmentation de la consommation.

      Dans ton cas, je te suggère de commencer par nettoyer tout les gicleurs. C’est relativement facile à faire et peut déjà t’apporter une différence.

      Pour les bougies, j’ai une version qui a été civilisée. Donc des bougies NGK série 5 (ca fera l’objet d’un article prochainement). Il existe des produits de remplacement (en version civil ou militaire) qui sont à des tarifs plus abordables que Steyr Puch. En fait, il s’agit tout simplement de trouver le sous traitant de Puch (ex: VDO pour la gauge à essence). Ca fera aussi l’objet d’un article avec la liste des produits « compatibles ».

  2. Bonjour,
    Bravo pour votre restauration et merci pour le partage d’info…
    Je viens de refaire mes carbus sur mon 710, ( nettoyage et joints)
    Une question concernant le piston de pompe : la tige de pompe reglable est bien à la bonne dimension (80mm) mais le piston touche le fond de sa cuve, il y a même une flexion du ressort, quand les papillons sont ouvert à fond.
    Est-ce normal ? je n’ai pas fait attention à ce détail avant le démontage.

    1. Bonjour,

      Vous parlez bien de la pièce numéro 91 sur l’éclaté (le blueprint au dessus) ?

      Si oui, j’avais souvenir que la pièce touchait en bout de course aussi. Je n’ai pas touché au réglage. Mais je ne connais pas son impact :(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *